Réunion technique sur l’habilitation à l’UT

Juillet 2017

Dans le cadre de la tournée relative à la procédure d’habilitation dans les universités, une délégation de l’ANAQ-Sup s’est rendue à l’Université de Thiès (UT) le 20 juillet 2017.

L’objectif de cette rencontre technique est d’accompagner les Etablissements d’Enseignement Supérieur (EES) dans la finalisation de leur autoévaluation institutionnelle dans des délais raisonnables.

Pr. Cheikhna SYLLA, vice-Recteur de l’UT, a présidé la rencontre en présence du Secrétaire Général de l’UT et des membres du Comité de pilotage ad hoc de l’auto-évaluation institutionnelle. La délégation de l’ANAQ-Sup était composée du Secrétaire Exécutif, Pr. Papa Gueye, de M. Patrick Flavien Diémé, agent d’évaluation de la Division des établissements publics et de la Chargée de communication, Mme Marième Sambe Bâ.

Suite au mot de bienvenue du président de séance, Pr. Abdoulaye Dramé, Directeur de la Cellule Interne d’Assurance Qualité de l’UT (CIAQ), a insisté sur le contexte concernant l’habilitation de l’Université de Thiès en expliquant les causes du retard constaté dans le processus d’autoévaluation institutionnelle.

En effet, le Pr. Papa Gueye a rassuré l’assistance en affirmant que les textes qui régissent l’UPT peuvent servir d’acte pour l’UT. Ces documents associés au plan stratégique, suffiraient à l’UT pour se soumettre à la procédure d’habilitation.

Les travaux sont également marqués par quatre présentations, faites par Pr. Gueye et M. Seck :

– l’habilitation des EES et reconnaissance des diplômes ;

– l’auto-évaluation : Outils et réalisation ;

– l’Auto-évaluation : exploitation des résultats et rédaction du rapport ;

– la planification des activités.

A la fin de la réunion, les acteurs de l’UT se sont engagés à mettre en œuvre la procédure d’habilitation de leur institution. Le comité de pilotage ad hoc de l’auto-évaluation institutionnelle déjà nommé par arrêté (cf. arrêté rectoral du 09 février 2017 portant création dudit comité) sera convoqué très prochainement pour un démarrage effectif de l’autoévaluation institutionnelle de l’UT.